No más pesca en Marruecos

Posted on Actualizado enn

El Parlamento Europeo ha rechazado la prórroga del acuerdo pesquero entre la Unión Europea y Marruecos, que preveía otorgar 119 nuevas licencias para barcos comunitarios (100 de ellos españoles) a cambio de ayudas destinadas a promover el sector pesquero marroquí.

La prolongación de este protocolo estaba prevista hasta el 27 de febrero de 2012 y, con su rechazo, la UE deberá cesar de inmediato las actividades pesqueras de su flota amparadas en este acuerdo.

La votación en el Pleno se ha saldado con 474 diputados en contra frente a 134 a favor de extender la prórroga. Este protocolo establece una cuota adicional de 60.000 toneladas de género, especialmente anchoa, sardina y arenque. España recibe con este acuerdo 100 permisos de pesca, distribuidos entre Andalucía y Canarias. Como contrapartida, Marruecos recibe 22,6 millones de euros, a los que se suman otros 13,5 para promover la pesca sostenible.

El eurodiputado de Izquierda Unida, Willy Meyer, ha defendido desde el año 2005 el rechazo a este acuerdo porque “incluye las aguas territoriales del Sahara Occidental, violando de esta manera el Derecho Internacional y las múltiples resoluciones de la ONU”.

Este protocolo se aplicaba de forma provisional desde el 28 de febrero de 2011, pero estaba pendiente de la revisión después de que la Comisión de Pesca diese ‘luz verde’ a la votación en el Pleno.

5 comentarios sobre “No más pesca en Marruecos

    Mamen Portillo Afrikia escribió:
    15 diciembre, 2011 en 17:34

    Vale, se ha rechazado el acuerdo de pesca a cambio de subvenciones, pero y ¿ahora qué…?.

      Anabel escribió:
      16 diciembre, 2011 en 10:35

      Ahora qué ? te refieres a que va a hacer España ? porque los marroquies lo tienen claro…mira esta entrevista al Ministro de Pesca:

      Aziz Akhennouch : La fin de l’accord de pêche Maroc-UE “est plutôt une opportunité pour le Maroc”
      Après le rejet de la reconduction de l’accord de pêche Maroc-UE, suite au vote au parlement européen hier, mercredi 14 décembre, les réactions marocaines ont été fermes et immédiates. Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture et de la pêche maritime prévient, pour sa part, des conséquences de ce vote négatif sur les relations maroco-européennes.
      Comment réagissez-vous au refus du Parlement européen de proroger l’accord de pêche qui liait le Maroc à l’UE ?
      Aziz Akhennouch : La commissaire européenne Damanaki n’a malheureusement pas pu porter ce projet au sein du parlement. Le projet n’a pas été voté de manière favorable. Mais nous ne pensions pas qu’après tant de discussions et de signatures avec la Commission, nous n’arriverions pas à une conclusion favorable, c’est avec regret que nous enregistrons ce vote. Un vote que nous respectons bien évidemment.
      Le Maroc va compter sur ses propres moyens pour le développement du secteur halieutique. Le Maroc a fait énormément de progrès ces dernières années. Nous regrettons que l’UE n’ait pas voulu récompenser cet effort qui s’inscrit dans la durabilité avec une gestion des plans d’aménagements, des quotas, le suivi par GPS des bateaux en mer. Nous avons fait énormément de programmes mais on n’en a pas tenu compte. Aujourd’hui on nous envoie sur un autre accord pour recommencer à discuter [les négociations]. Je pense que le Maroc dispose énormément de professionnels et d’entreprises qui veulent pêcher cette ressource et la transformer en faveur du pays. En fin de compte c’est plutôt une opportunité pour le Maroc.
      Quel sera l’impact de ce refus sur les rapports Maroc-UE ?
      AZ : Je reprends tout simplement ce qui a été dit dans le communiqué du parlement européen : Ce vote va avoir des conséquences très négatives sur les relations entre le Maroc et l’UE !
      Allez-vous, à présent, vous tourner vers d’autres partenaires, d’autres pays ?
      AZ : Je ne peux pas citer de pays. Mais une chose est sûre, il y a la possibilité d’abord de donner cette exploitation aux entreprises et aux professionnels marocains mais aussi à tout pays avec lequel royaume entretient d’excellentes relations bilatérales. Et sur ce dernier point, les demandes ne manquent pas.

    Anabel escribió:
    16 diciembre, 2011 en 10:36

    Resumen, o bien firmaran un convenio con otros países ( fuera de la UE ) o aprovecharan para incentivar a empresarios marroquíes. No van a ceder…
    Tremendo marrón para Barbate y Canarias.

    Anabel escribió:
    16 diciembre, 2011 en 10:40

    Mira Mamen,

    Quelles conséquences pour les pays européens et pour le Maroc ?
    Pour le Maroc, rien. Il suffira au gouvernement marocain de négocier et redistribuer les licences de pêche avec des pays grands consommateurs des produits de la mer tels que le Japon, la Chine, l’Inde ou encore la Russie. Une nouvelle qui devrait ravir les Marocains qui verront le prix du poisson baisser.
    Quant aux conséquences pour l’Europe : la perte de revenus pour les marins-pêcheurs, l’augmentation vertigineuse du prix du poisson – le panier de la ménagère, déjà malmené, en prendra un coup – la diminution des activités industrielles liées aux produits de la mer avec un risque élevé de dégraissage de personnel et la baisse des revenus pour les brasseries en Espagne et au Portugal. D’ailleurs, l’Espagne, en colère, a sollicité en urgence une compensation financière à l’Union Européenne pour les dommages que va subir la flotte de pêche espagnole. La France, elle, “regrette vivement” que le Parlement européen se soit opposé à la proposition de prorogation de cet accord qui constitue le cadre de partenariat le plus important conclu par les 27 en matière de pêche.
    En conclusion, la réaction, ferme, du Maroc est une réponse cinglante aux députés européens et la démonstration claire et nette que l’intégrité territoriale marocaine n’est pas négociable et qu’il ne souhaite pas marchander à ce sujet. Dans ce dossier de la pêche le Maroc n’est pas perdant, ni économiquement, ni politiquement, ni diplomatiquement. Les marocains seront certainement heureux de voir le prix du poisson baisser et d’accueillir des sociétés de pêches asiatiques. D’ailleurs, il y a quelques années, le parlement européen avait pris une décision similaire. Mal lui en prit, il a dû revenir dare-dare sur sa décision et Rabat avait accordé les licences de pêche.
    Imaginons un seul instant, que le gouvernement marocain refuse cette fois-ci d’accorder ces mêmes licences et de tourner le dos aux demandes du Parlement Européen ? Les armateurs et les pêcheurs européens, les professionnels du tourisme et de l’industrie liés à cette activité devraient se rendre au Parlement Européens pour protester et défendre leurs intérêts.

    Anabel escribió:
    16 diciembre, 2011 en 10:42

    Claramente, van a firmar con paises Asiáticos nuevos acuerdos.
    Pero sinceramente, crees que la culpa la tiene Marruecos ? o más bien la mala negociación de la UE ?

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s